Bienvenue sur le site Esprit de laïcité de la Caf de l’Essonne et de ses partenaires engagés dans la mise en œuvre d’une laïcité bien comprise et attentionnée sur le département.

Ce site est un lieu ressource pour tous les acteurs de terrain qui s’investissent dans des actions concrètes qui font vivre au quotidien les valeurs républicaines.

Vous y trouverez des textes de référence utiles à l’action, des ressources pédagogiques – outils et savoir-faire – qui ont fait leurs preuves parce que déjà mises en œuvre par les partenaires de la Caf, l’actualité des initiatives locales et des informations d’actualité générale.

Vous animez une association, vous êtes en responsabilité dans une institution, vous pilotez des projets et vous souhaitez faire part de vos actions, partager vos propositions et interagir avec d’autres acteurs du département de l’Essonne, prenez contact, ce site vous est dédié.

Marc Le Floc’h
Directeur par intérim de la Caf de l’Essonne

Les missions du comité de suivi de la laïcité de la Caf de l’Essonne et de ses partenaires

La Caf de l’Essonne et ses partenaires se sont dotés d’un comité de suivi de la laïcité pour assurer, au niveau du département, la bonne prise en charge des engagements pris par la Branche Famille de la Cnaf à travers sa charte de la laïcité adoptée en septembre 2015.

Ce comité réunit trois à quatre fois par an des experts de la Caf constituant son « groupe ressource laïcité » et des représentants de ses partenaires.

Les activités de ce comité de suivi de la laïcité sont centrées sur les six fonctions suivantes :

  • « Formation », par la mise en place d’une « pédagogie de la laïcité », à travers notamment l’analyse historique, juridique et le traitement de cas précis et concrets,
  • « Information » : être un « laboratoire de connaissances » qui propose des documents, regroupe des informations et met en place une veille informationnelle et documentaire,
  • « Centralisation » : il s’agit d’opérer une meilleure « visibilité du terrain », avec une « remontée » de cas concrets, pour en dégager les récurrences et les différences,
  • « Échange » : repérer et mutualiser les bonnes pratiques, par le dialogue et le partage autour des actions mises en œuvre, mettre en commun les difficultés rencontrées et identifier les solutions concrètes possibles,
  • « Harmonisation » : à travers la diversité de ses acteurs, forger une vision et une approche homogène de la laïcité sur le département,
  • « Soutien » : assurer la production et la diffusion d’informations précises et actualisées, en garantir la fiabilité pour les acteurs de terrain.

Nos partenaires

Définition de la laïcité et ses concepts

La laïcité repose sur trois principes et valeurs :

  • la liberté absolue de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites établies par la loi dans l’intérêt de l’ordre public,
  • la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et
  • l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions.

Elle concilie les libertés publiques et l’ordre public, comme l’idée en apparaît dès l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1798 selon lequel « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ». L’ordre public est l’état social correspondant à la paix et la tranquillité – au sens de la quiétude, de ne pas être inquiété – la sécurité des biens et des personnes, la salubrité publique et la dignité des personnes. Le Conseil constitutionnel confère à la préservation de l’ordre public le caractère d’objectif de valeur constitutionnelle (décision du 18 janvier 1995).

La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions. Elle assure aussi bien le droit d’avoir ou de ne pas avoir de religion, d’en changer ou de ne plus en avoir.

Elle garantit le libre exercice des cultes et la liberté de religion, dès lors que leur expression ne porte pas atteinte à l’ordre public ; mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion : personne ne peut être contraint au respect de dogmes ou prescriptions religieuses.

La laïcité suppose la séparation de l’État et des organisations religieuses. L’ordre politique est fondé sur la seule souveraineté du peuple des citoyens, et l’État ne régit pas le fonctionnement interne des organisations religieuses.

De cette séparation se déduit la neutralité de l’État, des collectivités territoriales et des services publics, non de ses usagers. La République laïque assure ainsi l’égalité des citoyens face à l’administration et au service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances.

La laïcité n’est pas une opinion parmi d’autres mais la liberté d’en avoir une. Elle n’est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public dans leurs expressions.